Journée Cloud Native 2020

August 13, 2020 / Katharine Mikula

La deuxième édition de la Journée Cloud Native Montréal s’est tenue de façon virtuelle le 9 juin dernier. CloudOps fut enchantée d’organiser cet événement qui rassemblait de façon virtuelle les membres de la communauté pour célébrer l’univers Cloud Native. Cette année, à cause de la pandémie, nous avons dû nous satisfaire d’une version virtuelle. Même si ce ne fut pas idéal sur le plan relationnel, ce fut très agréable d’interagir avec tout le monde. L’événement d’une journée fut rempli de conférences qui ont su aider les participants à renforcer leur implication dans le paysage Cloud Native, univers à la fois complexe et en croissance. Les conférences viennent d’être versées ici sur la chaîne YouTube de CloudOps.

La journée a commencé par la conférence inaugurale intitulée : « Advancing the Future of CI/CD Together » (Avançons ensemble le futur des CI/CD) par Tracy Miranda de chez CloudBees. La livraison de logiciel devenant de plus en plus complexe à cause des environnements cloud natives et de la fragmentation des outils, la fondation « Continuous Delivery Foundation » s’est donc donné la mission de soutenir les initiatives libres en encourageant l’interopérabilité entre les projets variés. La conférence de Tracy démontrait comment il est possible de s’impliquer et de collaborer avec d’autres fervents du logiciel libre afin d’améliorer la livraison de logiciel, pour que tous puissent en profiter.

Après Tracy, ce fut au tour d’Alex Menezes de chez Red Hat d’exposer sa conférence intitulée : « A Case Study on the Value of Operators » (Une étude de cas sur la valeur des opérateurs). Les opérateurs aident à fournir aux utilisateurs de plateformes une expérience « App Store » ininterrompue. La discussion d’Alex portait sur la façon dont les projets suivants : operator designs, operator-sdks (gestionnaire d’opérateur de cycle de vie), operatorhub.io, OpenShift embedded operatorhub, operator levels, impactent les communautés de logiciel libre et cloud natives et accélèrent l’adoption de nouvelles technologies. 

Ensuite, Kevin Crawley de chez Containous a présenté : « Untangling the Maesh – Thinking Outside the Net » (Défaire les mailles – Penser autrement). Lorsque l’équipe de Containous a décidé de concevoir un service maillé, elle s’est efforcée de trouver l’approche la plus efficace en matière de conception, d’implémentation et de compatibilité. Kevin a expliqué les moyens pris par l’équipe pour effectuer ses recherches et les raisons pour lesquelles elle a décidé de tirer parti de Traefik, leur projet de logiciel libre qui existait déjà. Sa conférence portait aussi sur les avantages et les inconvénients d’un service maillé et a démontré également comment déployer une application réaliste de microservices dans Kubernetes. 

La conférence suivante fut de la part de Steve Tene de chez Container Solutions. Grâce à sa discussion intitulée : « GitOps Made Simple with Flux » (Le GitOps simplifié par Flux), les membres de la communauté ont tout appris sur le « GitOps », sur ses origines chez Weaveworks et sur sa philosophie qui dit qu’un répertoire git est l’unique source de vérité pour le code, l’infrastructure et les configurations d’une application. Steve a démontré comment atteindre des résultats avec un simple outil comme Flux. 

Dima Kassab et Muneeb Master ont ensuite présenté : « Google’s Approach to Configuration Management in Multi-Cluster Environments » (L’approche de Google face à la gestion de configuration et des environnements multiclusters). Le duo a discuté de la gestion de configuration et des contrôleurs de politiques en présentant différentes approches générales, et plus précisément, les approches adaptées par Google. La discussion incluait les problèmes dans les déploiements Kubernetes multiclusters et hybrides, les configurations en tant que code de style GitOps, config sync, la gestion de configuration Anthos config management, Config Connector et Policy Connector. 

Ensuite, ce fut autour de notre collègue de CloudOps Filipe Santos, de présenter : « Kubernetes Dream » (Le rêve Kubernetes). Nous avons tous rêvé un jour d’avoir la capacité de coder des clusters Kubernetes dos à dos, peu importe l’infrastructure sous-jacente. Nous espérons tous à amener notre application plus près de l’utilisateur final. Cependant, nous avons bien réalisé que cette magie n’existe pas réellement. Felipe a expliqué comment nous, chez CloudOps, avons pu mettre en place des clusters Kubernetes à travers le monde, avec une variété de fournisseurs infonuagiques publics et privés, et avec l’objectif final de rapprocher l’application des clients.

Karen Bruner de chez StackRox a ensuite donné sa conférence intitulée : « Trust No 8: Kubernetes Needs the Zero-Trust Model » (Kubernetes et le modèle confiance zéro). Tandis que l’adoption de Kubernetes continue de croître, il est important de créer et de suivre des principes solides en matière de sécurité des clusters et des charges de travail Kubernetes. Dans sa présentation, Karen illustre que Kubernetes exige une architecture à confiance zéro, soulignant à quoi ces principes ressembleraient s’ils s’appliquaient à différentes composantes et ressources de clusters. 

Après Karen, ce fut au tour de Kyle Davis de chez Redis Labs de présenter : « Declarative vs. Imperative Caching » (La mémoire cache déclarative ou impérative?). La plupart des bibliothèques de mémoire cache au niveau applicatif adoptent l’approche impérative, le développement déclaratif, lui, met en place des contrôles de flux afin de déterminer les requêtes à mettre en mémoire cache. La mémoire cache déclarative signifie que votre logique d’application ne sera pas affectée par la mémoire cache.

Ahmed Belgana de chez HashiCorp a ensuite abordé le sujet de : « Vault Over Multi-Region Set-Up to Ensure Resiliency and Provide HA » (Vault mis en place à travers des régions multiples pour assurer la résilience et fournir la haute disponibilité). Vault Enterprise soutient les déploiements parmi de multiples centres de données où les données peuvent être répliquées à travers les centres pour des raisons de performances et de reprise après sinistre. Dans sa présentation, Ahmed a expliqué les deux méthodes de réplication, précisant comment les mettre en œuvre et les utiliser adéquatement.

Les membres de la communauté ont ensuite eu la chance d’entendre : « At-Scale Kubernetes Clusters and App Management with Azure Arc » (La gestion des applications et des clusters Kubernetes à l’échelle avec Azure Arc) par Mathieu Benoit de chez Microsoft. Azure Arc facilite la gestion des clusters et des applications Kubernetes à l’échelle, sur place, en périphérie et à travers des environnements multinuages, en offrant un endroit centralisé pour organiser et gérer les clusters. La présentation de Mathieu a démontré les meilleures pratiques du DevOps en plaçant la sécurité en avant-plan. 

Après la conférence de Mathieu, George Kobar de chez Elastic a présenté : « Observa-BLT, a Delicious Practice That Should Be More than just Tools for Logs, Metrics, and Traces » (Observa-BLT, une délicieuse pratique qui devrait être plus qu’un outil d’enregistrement, de métriques et de traces). La plupart des organisations utilisent toutes sortes d’outils de surveillance qui servent différentes fonctions, mais aucun n’offre une vue d’ensemble du système complet. George a démontré comment un seul outil peut vous aider à mettre en place une pratique Observa-BLT unique et unifiée.

Ce fut ensuite à Yan Lafrance de chez Citrix de nous offrir : « ‘How Could the Citrix ADC Help You Navigate Through a Kubernetes World’ » (Comment Citrix ADC peut-il vous aider à naviguer dans un monde Kubernetes). Les technologies de transformation des TI, infonuagiques et de développement d’application, sont des éléments majeurs dans le processus de livraison de services dans toute l’industrie. La conférence de Yan a su démontrer comment Citrix ADC peut vous aider à mieux gérer vos infrastructures cloud natives.

Steve Caron de chez Dynatrace a ensuite proposer sa conférence : « ‘Embracing service-level objectives for your CI/CD pipeline’ » (Adopter les objectifs de niveau de service pour votre pipeline CI/CD). Il a démontré comment les indicateurs de niveau de service (SLI) et les objectifs de niveau de service (SLO) peuvent vous aider à mettre en place des barrières de qualité automatisées dans des systèmes CI/CD afin d’augmenter le rythme de livraison tout en empêchant les mauvais changements de code de se rendre jusqu’en production. Il a aussi introduit Keptn, un plan de contrôle intégrable de logiciel libre pour la livraison autonome de logiciel.

Enfin, Ian Rae, le D. G. de CloudOps a conclu cette journée en présentant sa conférence : « ‘The Infinite Game: how open source enables us to own our destiny in the clouds’ » (Le jeu infini, comment le logiciel libre nous permet d’être maître de notre destin dans les nuages). Il a abordé la théorie du jeu infini de Simon Sinek, soulignant que le logiciel libre est la clé pour livrer les solutions dynamiques requises pour participer aux parcours évolutifs d’amélioration continue. 

Suivez-nous sur Twitter pour rester au fait des événements communautaires de l’Est du Canada et en ligne.

CloudOps fut ravie de commanditer et d’organiser l’événement de cette année et nous avons bien hâte de revoir nos collègues de la communauté bientôt. Nous aimerions remercier les autres généreux commanditaires : HashiCorp, cloud.ca, StackRox, Citrix, Elastic, et Dynatrace.

Si vous n’avez pas pu participer à la Journée Cloud Native et que vous aimeriez vous plonger dans la conteneurisation, inscrivez-vous à l’un de nos ateliers pratiques Docker et Kubernetes de trois jours. Vous apprendrez la base de la modernisation applicative et serez lancés sur votre parcours cloud native.